Oeuvres de jeunesse de Balzac, illustrées ...

Front Cover
M. Lévy frères, 1868
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 40 - Mais elle était du monde , où les plus belles choses Ont le pire destin ; Et, rosé, elle a vécu ce que vivent les rosés, L'espace d'un matin.
Page 21 - Celui qui met un frein à la fureur des flots Sait aussi des méchants arrêter les complots. Soumis avec respect à sa volonté sainte, Je crains Dieu, cher Abner, et n'ai point d'autre crainte Cependant je rends grâce au zèle officieux Qui sur tous mes périls vous fait ouvrir les yeux.
Page 23 - Ces accens cles passions dans un cœur attristé , ressemblent aux murmures qui troublent le silence d'une forêt ; on les entend , mais on ne peut les dépeindre. Chose incroyable! je trouvais de la douceur dans mes peines , et quelque chose de voluptueux se glissait dans mon âme. Moi , le plus tendre ami , enfin le frère de ma sœur, je craignais de lui parler et de la voir. Ma main tremblait en lui offrant quelque chose, et ce frémissement ressemblait à celui de la haine.
Page 38 - Jean-Louis fit pour se déterminer si promptement à s'exiler du beau pays de France : nous venons d'exposer cependant que ce fut dans l'espoir de se rendre digne d'épouser sa charmante maîtresse, en faisant disparaître la barrière idéale que la société élevait entre eux. Si vous y voyez d'autres raisons, cherchez-les... Je déclare, à la face du ciel et de la terre, que je m'en tiens à celle que j'ai trouvée dans nos manuscrits... Or, faites tourner bride à votre imagination, et figurez-vous...
Page 3 - Marguerite, il ne faut pas dire : « Fontaine, je ne boirai pas de ton eau ; » le temps passe, et la mort vient.
Page 33 - ... tenir compagnie, a été étonnée, et, je vous le demande, n'y avait-il pas de quoi ?... N'est-ce pas un phénomène que, dans notre siècle, un mari puisse aimer sa femme ?... Savez-vous, ma chère cousine, que je vais être exposé à mille brocards de la part de tous les jeunes courtisans ?... Ne sera-ce pas un scandale, que, dans un siècle de philosophie et de lumière, un seigneur soit aux petits soins pour sa légitime épouse...
Page 33 - Nul ne sut mieux que lui le grand art de séduire ; Nul sur ses passions n'eut jamais plus d'empire, Et ne sut mieux cacher, sous des dehors trompeurs, Des plus vastes desseins les sombres profondeurs. Altier, impérieux, mais souple et populaire, Des peuples en public il plaignait...
Page 14 - Du débris d'un vieux vase, autre injure des ans. Un tapis tout usé couvrit deux escabelles : II ne servait pourtant qu'aux fêtes solennelles. Le linge orné de fleurs fut couvert, pour tous mets, D'un peu de lait, de fruits, et des dons de Gérés.
Page 6 - Cet obstacle était la rencontre d'un petit homme gros et court , dont le centre , c'est-à-dire le ventre , se présentait avant l'homme même, tant cette partie semblait, par son volume, faire un être à part. Il sortit de cette machine vêtue de noir, une petite voix clairette comme celle d'un flageolet.
Page 3 - Cette indifférence brutalc dans laquelle la nation vécut accroupie neuf cents ans environ , est certainement la critique la plus juste et la plus énergique de la féodalité. Parmi les diverses périodes de notre histoire, il n'en est pas de plus honteuse que celle que renferma la régence de Marie de Médicis. Jusqu'à...

Bibliographic information